Micro-tâches, la nouvelle ère de l’emploi 3.0

Micro-tâches, la nouvelle ère de l’emploi 3.0

Micro tâches  : Le travail est une nécessité, il s’agit du moyen de produire ce qui est nécessaire pour vivre.

Mais il permet aussi de satisfaire le besoin d’appartenance à une organisation sociale.

Le marché du travail, à l’image de nos sociétés, est en constante évolution.

De nouveaux métiers se créent et d’autres disparaissent La révolution technologique associée aux technologies de l’information et de la communication(TIC) et à l’économie numérique a radicalement transformé les modes de vie aussi bien que de production.

Effectuer une recherche sur le Web.

Transcrire une phrase.

Légender une photo.

Répondre à un questionnaire.

Détourer une image et cetera.

Ces tâches, qui ne nécessitent qu’une poignée de secondes ou de minutes, effectuées sur un ordinateur ou un smartphone, rapportent quelques centimes, voire quelques euros à ceux qui les exécutent  eux ce sont les « micro-travailleurs ».

Le micro-travail Amazon Mechanical Turk c’est quoi  ?

Le micro-travail  c’est en fait une pratique qui s’est développée notamment à travers la plateforme Amazon Mechanical Turk (MTurk) à partir de 20054.

Cette plateforme est définie comme une marketplace où l’on peut s’inscrire pour travailler en exécutant des micro-tâches à la demande ou, en langage technique, de HITs (Human intelligence tasks).

 Tels que rédiger de courts commentaires, cliquer, regarder des vidéos ou des photos, effectuer une présentation PowerPoint, traduire un texte, créer des playlists musicales, tagguer des images ou reconnaître des visages ou des objets dans les photos.

Aux micro-tâches s’appliquent des micro-paiements :

certaines sont payées en centimes de dollars, un ou deux dollars pour les plus élaborées.

L’institut américain Pew Research Center estime que les deux tiers des tâches proposées sur MTurk sont rémunérées moins de 10 centimes et la moyenne horaire de salaire était évaluée par des chercheurs à 1,38 dollar/heure en 2010, ce qui est très peu pour un travailleur américain, mais beaucoup pour l’Inde où le salaire minimum est de moins de deux euros par jour.

Selon une étude de la Banque mondiale de 2013, il y aurait aujourd’hui plus d’une centaine de plates-formes de micro-travail dans le monde, comptabilisant autour d’un million d’inscrits. C’est une forme de Digital Labor.

Le travail en ligne avec les plateformes de micro-tâches 

 En 2019, la tendance est les plateformes de micro-tâches  orientées sous-traitance en développement web et mobile.

 

Prenant l’exemple de la plateforme « Dev Factory » qui est une plateforme web dédiée aux porteurs de projets dans le but de gérer leurs projets en les décortiquant en micro-tâches afin de faciliter le processus et l’optimiser en termes de gestion de temps et et de budget.

Ainsi, cette plateforme est dédiée aux Freelancers qui veulent effectuer des micro-tâches dans le domaine de développement web et mobile.

 

Notre système d’intelligence artificielle fait le travail difficile en minimisant le coût, donc financièrement-parlant, cette plateforme représente un avantage financier et de gagner de l argent pour l’intérêt de ses clients et ainsi pour ses freelancers.

Le rôle de micro travail :

 LES MICRO-TRAVAILLEURS JOUENT UN RÔLE CLÉ DANS L’ESSOR DE L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE.

Selon DiPLab qu’est un projet de recherche fondamentale à but non lucratif lancé en 2017 par Télécom Paris Tech et ne CNRS.

Les micro-tâches tiennent un rôle prépondérant dans le développement de l’intelligence artificielle (IA).

L’enquête DIPLab a identifié trois principales utilisations du micro-travail en vue 

de nourrir les technologies intelligentes : 

  •  L’entraînement d’IA : plusieurs répondants DiPLab ont été impliqués dans la préparation de vastes programmes de constitution de bases de données.
  • Visant à entraîner les solutions d’apprentissage machine (machine learning).
  • Le micro-travail est nécessaire pour étiqueter des images transcrire des mots.
  • interpréter des bouts de conversation orale enregistrée par des assistants vocaux.
  • La vérification d’IA : les technologies d’intelligence artificielle et d’apprentissage machine existantes ont besoin de contrôles de qualité.
  • qui peuvent être effectués par des Micro-travailleurs.
  • Les répondants de l’enquête DiPLab ont par exemple vérifié que des moteurs de recherche donnent les résultats espérés.
  • Encore que des logiciels reconnaissent correctement des textes.
  • Il ne s’agit pas toujours de prototypes ou de produits test, mais aussi de technologies déjà en commerce.
  • ce qui laisse penser que le micro-travail est une partie intégrante de ce qui est pourtant vendu comme de l’automation.
  • L’imitation d’IA : Des travailleurs et des entrepreneurs interrogés par DiPLab affirment d’ailleurs avoir eu connaissance.
  • Bien avoir participé au déploiement de solutions reposant sur le travail humain mais vendues comme étant basées sur l’intelligence artificielle.  

Le micro-travail est devenu la nouvelle ère d’emploi : 

Quelques soit des tâches faciles qui ne nécessitent pas des connaissances ou des équipements bien précis ou des tâches qui nécessitent un certain degré de compétences.

Cependant, cette nouvelle ère est basée sur la gestion efficiente des projets où la décortication des tâches.

la communication et le suivi sont les piliers fondamentaux de la réussite du projet.

À la fin, il y a des bonnes pratiques “Good Cases Practicestels que des experts qui font le suivi du travail des Freelancers de A jusqu’à Z comme la plateforme “Dev Factory” peut vous aider à mieux comprendre et améliorer votre qualité de travail.

freelance france freelancer freelance info freelance informatique travailler en freelance mission freelance graphiste freelance
freelance france informatique